Consultez les actualités d'ARL Diffusion Médicale, spécialiste dans la vente de matériel médical sur le Limousin.

Interview de Michel Terrefond INFOMAGAZINE

Publié le vendredi 07 mars 2014 à 08:56

Représentant départemental de l’Association des Paralysés de France, Michel Terrefond compte bien interpeller les candidats aux municipales.

« Seules 2 lignes de bus sur 28 sont accessibles en fauteuil ».

Infomagazine : Comment comptez-vous vous inviter dans la campagne électorale ?
Michel Terrefond : Le 14 février nous avons envoyé un courrier aux candidats des principales villes du département avec un questionnaire et un formulaire d’engagement pour qu’ils mettent en avant leurs propositions sur les enjeux liés au handicap.

I : Sur quels sujets souhaitez-vous qu’ils se positionnent ?
M. T. : Dix thèmes sont abordés notamment l’accès aux administrations (mairies, CCAS…), au logement, aux soins et à la prévention; le respect du délai de 2015 pour la mise en accessibilité du bâti, de la voirie et des transports; la prise en compte de l’obligation d’emploi des personnes en situation de handicap; l’accessibilité des établissements scolaires, crèches et activités extra ou péri-scolaires; des solutions adaptées et de proximité pour les personnes isolées ayant des difficultés financières et/ou besoin de services d’aide; l’accès aux lieux et activités sportives ou de loisirs, enfin plus de lien social par une politique d’aide aux associations et de réduction de la fracture numérique.

I : L’APF vient de publier son baromètre de l’accessibilité, Limoges est-elle bien notée ?
M. T. : La ville est 40 ème sur 96 avec 14,7 sur 20 pour une moyenne nationale de 14 mais pénalisée par les transports en commun qui comptent pour beaucoup dans la note. Seules deux lignes de bus sur vingt-huit sont accessibles en fauteuil roulant. La Mairie œuvre pour que toutes le soient en 2015. D’importants aménagements sont nécessaires au niveau des quais et de leur environnement Le conseiller municipal Jean-Pierre Gaillard est à l’écoute de nos observations; toutefois nous ne sommes pas toujours d’accord avec les choix de la municipalité qui mène une politique volontariste et ne nous oppose pas une fin de non-recevoir.

I. : D’autres équipements restent-ils inaccessibles aux personnes à mobilité réduite ?
M. T. : Nous ne pouvons nous baigner qu’à la piscine de Beaubreuil. L’accès aux bassins est possible sur les autres sites grâce à un lève-personne, cependant nous devons être accompagnés pour aller jusqu’à l’entrée. Le futur centre aquatique sera aux normes. Quant aux écoles, la mise en conformité est effectuée lorsque des travaux sont engagés ; il faut donc poursuivre les efforts dans ce sens.

I. Avez-vous des difficultés pour vous déplacer en fauteuil sur la voie publique ?
M. T. : Des obstacles gênent le cheminement, nous en avons fait part à la Ville. Des trottoirs sont en dévers ou trop étroits, des bateaux mal réalisés ou inexistants, du mobilier urbain est mal placé et les rues pavées sont impraticables. Nous sommes parfois contraints de circuler sur la route avec les risques que cela comporte. Ces problèmes concernent également les mamans en poussette, les personnes âgées qui marchent difficilement et même les livreurs qui travaillent avec un diable.

I. La loi handicap du 11 février 2005 prévoyait une accessibilité totale en 2015, un report est à l’étude, qu’en pensez-vous ?
M. T. : Nous sommes très déçus que la loi ne soit pas appliquée. Un projet sera présenté au Conseil des Ministres en avril et entrera en vigueur en juillet. Il prévoit un report de 3 ou 6 ans pour les établissements recevant du public et 9 ans pour les gestionnaires de patrimoine voire même dix. L’APF s’est prononcée pour un délai limité à trois ans et un encadrement plus strict du dispositif.

Corinne Mérigaud
Photos : Yves Dussuchaud

 

Retour en haut de page

Actualités

Etablissement de la mutualite francaise limousine  mutualité française limousine

  • ARL Diffusion Médicale
  • 120 rue d'Isle
  • 87000 Limoges
  • Tél. 05.55.43.84.17